La relation la plus fiable de votre vie 

La relation la plus fiable de votre vie 

La relation la plus fiable de votre vie

La seule certitude que nous avons est que jusqu’à la fin de notre vie nous serons avec nous-mêmes et avec notre corps. La seule certitude c’est que, avant tout, nous nous appartenons. Les autres ne nous appartiennent pas et nous n’appartenons à personne d’autre qu’à nous-mêmes. Les autres sont libres à chaque seconde de rester ou de partir. Nous sommes libres à chaque seconde de rester ou de partir. Aucun être humain n’appartient à un autre être humain. Même nos enfants ne nous appartiennent pas. Nous les accompagnons, nous les guidons vers leur chemin de liberté et d’autonomie, jusqu’à ce qu’ils quittent le nid pour créer leur propre nid.

Puisque nous vivons chaque seconde de notre existence avec nous-même nous sommes censés être des experts dans la connaissance de nous-mêmes. Experts concernant notre couple intérieur, puisque nous sommes d’abord en couple avec nous-mêmes.

Je demande souvent à mes étudiants : « avec qui vivez-vous le plus de temps dans votre vie ? ». La réponse est le plus souvent une personne extérieure à soi : « mes enfants, mon mari, ma femme, ma mère, ma sœur… » Plus rarement avec moi-même.

Les rendez-vous avec soi, ne sont guère encouragés par notre éducation. Nous avons tous entendus ce genre de phrase : «c’est pas bien de penser à soi, il faut d’abord penser aux autres…c’est pas bien d’être égoïste…ne fais pas d’histoire…on dit pas je veux, on dit j’aimerais ». Avec ces injonctions, comment ne pas se culpabiliser de se mettre au centre de sa vie plutôt qu’en satellite autour de la vie des autres. Que de conflits internes lorsque nous avons appris à ne pas dire « je veux » alors que l’on admire les gens volontaires et qui savent ce qu’ils veulent. Comment oser dire et affirmer ses opinions, ses besoins, ses désirs ou ses désaccords avec des recettes limitantes qui se résume à ne pas briller, ne pas s’affirmer, ne pas faire d’histoires, alors que nous adorons les gens qui sortent du lot et qui marquent l’histoire…par leurs histoires. L’histoire ne se souvient pas des gens sans histoire, elle ne perpétue la mémoire que de ceux dont on se souvient par leurs talents, leur ingéniosité, leur bravoure, leur amour, leur intelligence.

L’introspection, le travail intérieur, les thérapies personnelles, la quête de soi…restent en marge de nos priorité. Nous préférons attendre la dernière minute, la somatisation, la crise ou l’extrême limites des signaux d’alarme pour aller consulter.

Nous demeurons trop souvent étrangers à nous-mêmes…. Nous ne connaissons pas notre mode d’emploi, ni qui nous sommes vraiment. Nous passons bien souvent plus de temps à l’éxtérieur de soi qu’en contact avec nous-même. Nous appliquons ce qu’on nous dit sans le vérifier ou le remettre en question. Nous  préférons trop souvent nous trahir par fidélité à l’autre plutôt que de rester fidèle à nos convictions.

Comme Jacques Salomé le dit très bien : « parfois pour dire oui à soi, il faut savoir dire non à l’autre »

Nous n’apprenons pas à l’école qu’il est très important de savoir de quoi nous sommes faits : des émotions, des besoins, des pulsions, un mental, un cœur, des désirs, un conscient, un inconscient, un soi-conscient…Ni que faire quand deux parties de moi se collisionne : ma tête dit une chose et mon cœur le contraire…

Qui nous apprend que nos émotions en excès sont des signaux d’alarme pour nous alerter sur le fait qu’un de nos besoins ou plusieurs sont en souffrance ou en manque . Qui nous apprend qu’il est préférable de parler de nos émotions plutôt que de les déverser sur les autres en les utilisant comme un punching ball.

Et d’ailleurs connaissez-vous les 4 émotions fondamentales communes aux êtres humains et aux animaux ? Savez-vous par exemple que chaque émotions est en relation avec un mouvement ? Le mouvement de la peur par exemple c’est reculer. Celui de la joie, aller vers. Celui de la colère aller contre et celui de la tristesse, aller au fond de soi.

Comment diriger notre vie si nous ne nous connaissons pas. Comment conduiriez-vous votre voiture si vous ne connaissez pas son fonctionnement.

Comment trouver sa mission de vie, si nous ne nous autorisons pas à errer, chercher, nous tromper, recommencer…

Toutes des questions qui cherchent des réponses. Prendrez-vous le risque de la rencontre avec vous-même ? Le risque de l’évolution, le risque de vivre, tout simplement.

Je ne sais pour vous, mais personnellement je l’expérimente au quotidien et depuis de nombreuses années. Et j’y ai pris goût. Le goût de cette liberté d’être soi et de choisir une existence où la tête (les idées), le cœur (les envies, la motivation, faire ce que l’on aime) et le ventre (l’action) sont en accords.

Je vous invite à visiter notre site pour trouver ce qui vous convient d’expérimenter dans les nombreuses propositions de cours et de formations à votre disposition.

A très bientôt et de tout cœur.

Stéphane Servaux
Directeur HHC et formateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *